Conseils pour cultiver des légumes sur votre toit par Albert Mondor

 

Puisque qu’environ 85 % des canadiens vivent en milieu urbain, les terrains sont de plus en plus rares et l’espace manque dans les villes. Pour arriver à pratiquer l’horticulture au cœur de grandes métropoles comme Montréal, Toronto et Vancouver, il est donc nécessaire d’être créatif et de parfois s’astreindre à cultiver les végétaux comestibles sur les bâtiments !

Une toiture transformée en jardin potager en contenant

 

 

L’Organisation des Nations Unies pour l’alimentation et l’agriculture a récemment déterminé que 800 millions d’humains cultivent des fruits et des légumes ou élèvent des animaux en milieu urbain, produisant ainsi 15 à 20 % de toute la nourriture mondiale. Au delà du fait qu’il faut nourrir une population urbaine qui grandit sans cesse, cet engouement pour la culture des plantes comestibles au cœur des cités correspond à un besoin profond qu’éprouvent les citadins de renouer contact avec la nature et de retrouver l’essence des aliments. De plus, en favorisant la production locale et bio, l’agriculture urbaine est une pratique qui permet de solutionner certains des nombreux problèmes alimentaires et écologiques auxquels nous faisons présentement face.

En plein cœur de Montréal, l’agriculture urbaine sur les toits est plus populaire que jamais !

 

 

Culture en contenant

Il est infiniment plus simple et moins coûteux de cultiver des végétaux comestibles en contenant sur un toit plutôt que de recouvrir entièrement ce dernier avec de la terre. Optez pour des contenants légers et faciles à transporter, tels que ceux faits de textile. Cela aura pour effet de diminuer le poids que devra supporter la structure du toit et évitera d’avoir à la rénover à grand frais. Malgré tout, il est parfois nécessaire d’avoir recours aux services d’un ingénieur pour vérifier quelle est la charge maximale de contenants et de terreau pouvant être supportée par le toit. Il est aussi très important de ne pas disposer les contenants en contact direct avec la membrane imperméabilisante du toit afin d’éviter de l’endommager. Ainsi, il est préférable de placer les pots sur des soucoupes, des morceaux de membrane géotextile épaisse, des plaques de caoutchouc ou même des palettes de bois récupérées.

Les pots en textile conviennent particulièrement bien à la culture des plantes comestibles sur les toits (crédit : Les Urbainculteurs)

 

Pour la culture des plantes comestibles sur toiture, il est important d’utiliser des pots ayant une grande capacité, remplis d’un terreau riche et léger retenant bien l’eau et les éléments nutritifs. Un terreau constitué de compost, de tourbe de sphaigne et de perlite, comme le terreau biologique pour potager et fines herbes de Pro-Mix, donne d’excellents résultats. Au moment de les planter, n’oubliez pas de fournir aux végétaux les plus exigeants, comme les aubergines, les concombres et les tomates, quelques poignées (environ 100 ml par plant) d’un engrais granulaire d’origine naturelle, à dégagement lent, riche en azote et en potassium.

D’autre part, disposez les plantes potagères que vous cultivez en contenant sur une portion du toit bien ensoleillée puisque la plupart d’entre elles requièrent un minimum de six heures de soleil pour bien croître et se développer. La chaleur étant généralement plus élevée sur les toits, cela favorise énormément la croissance et la productivité des plantes légumières d’origine tropicale, comme les aubergines, les poivrons et les tomates. Par contre, les vents peuvent être particulièrement puissants à plusieurs mètres au-dessus du sol ce qui oblige parfois à disposer les plantes comestibles dans un endroit bien protégé ou à créer un brise-vent.

 

 

Plantes comestibles adaptées à la culture en pot

Qu’il s’agisse d’arbustes fruitiers, de légumes ou de fines herbes, la majorité des plantes comestibles peuvent être cultivées en contant sur un toit. Les plantes potagères les mieux adaptées à la culture en pot sont toutefois les fines herbes et les légumes dont on consomme les feuilles, comme la bette à cardes, l’épinard et le kale. D’autre part, les haricots nains et les pois fournissent d’excellentes récoltes lorsqu’on les cultive en contenant. Si on prend soin de leur fournir un support sur lequel ils peuvent s’accrocher, les cultivars de haricots et de pois grimpants conviennent également bien à la culture en pot.

 

La bette à carde figure parmi les plantes potagères les plus faciles à cultiver en pot.

 

La majorité des fines herbes poussent bien en contenant.

 

 

Si vous souhaitez cultiver des tomates en contenant sur un toit, il est recommandé d’opter pour un cultivar déterminé compact qui produit des petits fruits, comme ‘Topsy Tom’ et ‘Totem’ par exemple, mais les cultivars de plus grandes dimensions peuvent aussi être cultivés dans de très grands pots avec succès. Vous pouvez également faire croître en pot des cultivars d’aubergines et de poivrons qui produisent des petits fruits, comme ceux faisant partie des séries Lunchbox et Mini Bell par exemple. Finalement, la carotte et la pomme de terre se prêtent aussi très bien à la culture en contenant. Assurez-vous cependant de planter vos pommes de terre dans un pot large et ayant au moins 45 cm de profondeur. Quant aux carottes, elles doivent aussi être plantées dans des contenants profonds.

La majorité des fines herbes conviennent bien à la culture en contenant sur toiture. La ciboulette, l’estragon, la mélisse, la menthe, l’origan, le persil, la sarriette et le thym figurent parmi les herbes les plus faciles à cultiver. Pour sa part, le basilic nécessite davantage de chaleur et un peu plus de soins. Quant à la coriandre, elle ne se prête pas vraiment à la culture en pot. Si elle est exposée à un ensoleillement intense et que le terreau dans lequel plongent ses racines s’assèche périodiquement, elle monte en graines très rapidement.

Finalement, quelques arbustes fruitiers, tels que les fraisiers, les camerisiers et les framboisiers par exemple, arrivent à produire abondamment et à survivre de nombreuses années en pot, même si on les laisse sur une toiture durant la période hivernale.

Print Friendly, PDF & Email
Facebooktwittergoogle_plusredditpinterestlinkedinmail